O Mohammed le Créateur t’a élu – Mohamed istafak al-Bari

Mohammed, le Créateur t’a élu.

Par le cœur, je te loue

La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-Aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

J‘aimerais te glorifier, « O Taha

Mais les mots ne peuvent te décrire.

Certaines louanges n’atteignent en rien ta juste Valeur,

Toute comparaison étant vaine par rapport à ce que tu es.

Tel des étoiles dans leur cid,

Ma vue faible ne peut t’atteindre.

Et de loin, tu apparais à mes yeux.

Elevé comme les Pléiades, tu es un astre scintillant.

O Mohammed, le Créateur t’a élu.

Par le cœur, je te loue La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-Aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

Si cette communauté‚ te connaissait,

Elle consacrerait sa vie à te mentionner

En toi est la richesse sans peine.

Egaré, celui qui préfère autre chose a toi.

La terre entière et le Ciel, Le Trône et le Calame sont issus de ta lumière.

La, ma raison est impuissante.

Que puis-je dire de celui qui accomplit l’ascension ?

O Mohammed, le Créateur t’a élu.

Par le cœur, je te loue

La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-Aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

La lumière de Dieu est incomparable.

L’incapacité‚ à la décrire est une sagesse.

Si j’osais le faire, ce serait prétention.

Cependant, je peux dire un mot :

N’a surpassé‚ le tout: source et ramifications.

Envoyé‚ aux créatures comme Miséricorde, Je me confie à lui

« Et Dieu m’en est témoin »,

Humble, soumis et nécessiteux.

O Mohammed, le Créateur t’a élu.

Par le cœur, je te loue

La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-Aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

Le mensonge n’accroît pas le courage.

Sans toi, je n’aurais jamais connu le Tout-Puissant,

Ni religion, ni prière, ni direction.

Ta grâce nous a manifestement submergés.

Par elle, j’ai acquis puissance et renommée.

Sur terre, comme au ciel je m’ enorgueillis.

Epris de toi toute la vie,

Mon cœur palpite, mes larmes abondent.

O Mohammed, le Créateur t’a élu.

Par le cœur, je te loue

La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-Aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

Le Seigneur de la Création t’a béni,

O Maître de tous les maîtres, je te désire avec ferveur.

Cet éloge est ma supplication.

J’espère l’heureuse issue au jour de ma mort

Et lors de la résurrection ;

Ainsi qu’a ma famille entier et les pauvres en Dieu.

Les croyants espérant aussi en ta grâce.

Mon cœur est si faible et craint la tourmente.

O Mohammed. le Créateur t’a élu.

Par le cœur. je te loue la langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-Aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

Ou sera la demeure ? Comment serai-je reçu?

Après la séparation. Dieu le sait.

Je crains qu’au Jour Terrible.

La confusion me gagne  » Abû I-Qasim « 

Pardon,  » Imam des Envoyés !

Ne plaise a Dieu. Tu ne peux abandonner le faible.

Je suis convaincu que tu comprendras mes excuses.

La vieillesse m’ a touché‚ et l’époque est amère.

O Mohammed, le Créateur t’a élu.

Par le cœur, je te loue

La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien-aimé‚ est au-dessus de mes moyens.

J’ai tellement confiance en toi ;

Impossible que tu m’abandonnes !

Cependant le fardeau de mes péchés m’ effraye.

Oh! combien j’ai désobéi !

O Dieu ! Pour Ben AlAWI prends pitié

Délivré-le des chagrins de ce monde

A chaque instant, le Créateur t’a élu

Par le cœur, je te loue

La langue ne pouvant le faire

Décrire le Bien Aimé est au-dessus de mes moyens

Traduit de l’Arabe par Sidi Abdl al-jamil (Johan Cartigny)

Le Dhikr est cause de tout bien

Ah ! Combien ai-je été négligent et perdu de temps !

Et ces jours sont à jamais perdus et que faire maintenant ?

Des aujourd’hui, je dois mettre mon temps à profit et mentionner Dieu sincèrement ;

Et par mon cœur et par ma conscience être présent.

Le Dhikr est mieux que la vente et l’achat.

Ah ! Si je vous disais ce qu’il vaut.

Il vaut mieux que la royauté‚ et le vizirat ;

Mais les gens (dans l’ignorance) le négligent.

Ce monde-ci tout entier est perte ; n’a envahi (ensemble) et le juste et l’injuste.

Que Dieu nous préserve de son feu !

Je crains que mon Ame ne devienne pour ce (monde) monture,

Et qu’entre ses mains je ne reste captif:

Aprés l’Assistance divine et les bonnes vertus

Le Dhikr est cause de tout bien.

Mon Dieu! partout les maux se sont répandus

Et le Dhikr est devenu si lourd pour les langues.

Les gens se sont donnes à d’étranges conduites,

Aussi, leurs états sont multiples et divers.

La Recherche est immergée dans les recherches,

Car la sincérité‚ est si rare.

Les gens ont le cœur dur.

Les bons conseils sont vains pour les maîtres du pêché

Et moi je suis las d’avertir.

Que valent mes paroles comparées a celles des prophètes ?

Le Dhikr est cause de tout bien.

Celui qui dort peut être réveillé

Mais celui qui est mort est insensible ;

A son propos, le discours n’a aucun sens ;

Je suis en train de bâtir sur du sable.

Le comportement des gens peut rendre insensé

Ils courent à la colère de Dieu ; ils courent à leur faillite.

Aussi leur jour sera-t-il un grand jour.

Le jour du jugement dernier, quelle tragédie !

Ah ! Si tu savais ce qui se passera.

Si je te le disais, tu fuirais le péché :

Le Dhikr est cause de tout bien.

Repentons-nous, mes frères !

Et ensemble, mentionnons Dieu !

Dans l’autre monde, c’est tout ce que nous trouverons,

Et le temps est si cher ; ne le gaspillons pas !

Le damne aura Dieu pour juge.

Refusant tout conseil, il ne veut obéir.

Il désobéira son Seigneur en commettant de grands péchés.

Le rappel est utile et bénéfique pour le croyant.

Il fortifie son cœur et sa conscience,

Ainsi il connaîtra l’honneur après avoir connu le péché humiliant.

Le Dhikr est cause de tout bien.

Mon Dieu! Assiste notre communauté

 » Et aides-Ia  » à pratiquer le bien et la vertu !

Abroge les mauvais actes par les bons !

Dispense à Tes serviteurs Ton pardon !

Pour nous et les créatures, Ton pardon Est nécessaire,

Car nous sommes tous méchants.

Je voudrais me repentir,  » Tout-Puissant !

Combien de mauvaises actions ai-je commises en public et en secret !

Et les gens croient que je vais bien.

Si Ta grâce ne m’avait envahi et ne s’était manifestée en moi…

Le Dhikr est cause de tout bien.

Tu as rendu mes paroles vérités ;

Et elles sont transcrites dans des livres.

Elles se manifestent aux gens comme un zéphyr ;

Elles subjuguent les Ames et les cœurs.

L’homme sincère les désire ;

Oh! Mon Dieu, cache nos défauts.

Al-Alawi a de l’espoir.

Mon Dieu! Viens à notre secours au moment de la mort,

Par le véridique Annonciateur de la bonne nouvelle ;

Aux miens, a celui des gens présents et de tous les gens bien intentionnés.

Le Dhikr est cause de tout bien

Traduit de l’Arabe par Sidi Abdl al-jamil (Johan Cartigny)